Histoire de la Mairie du 3e

Histoire de la Mairie du 3e

Le mot " Mairie" évoque des dimensions institutionnelles et architecturales inséparables l'une de l'autre. Découvrir ce lieu est une plongée dans l'histoire politique parisienne et une immersion dans l'histoire architecturale et culturelle du XIXe siècle français.

Quand la Mairie sortit de terre au 2, rue Eugène Spuller

Dès 1800, les mairies d'arrondissement, dont le nombre est passé de 12 à 20 en 1860, ont constitué des centres administratifs importants et les principaux relais territoriaux de la préfecture de la Seine.

Le 3e dispose à cette date d'une mairie sise au 11, rue Béranger (siège actuel du journal Libération). Provisoire, la décision d'en construire une nouvelle date de 1862. Paris vit alors aux rythmes des grands travaux haussmanniens. En cette même année, le préfet Haussmann donne l'ordre de procéder à l'élargissement du boulevard du Temple. Un véritable rouleau compresseur se met en marche pour la construction de la Place de la République. Il verra toute la sève bigarrée du célèbre boulevard du Crime et de ses théâtres, liquidés par ces desseins urbanistiques, non dénués d'a rrière-pensées sécuritaires.

L'emplacement des anciennes tours de la prison du Temple est inscrit sur le sol, à quelques mètres de la mairie.

Non loin de là, à l'emplacement sud-est de l'ancien enclos du Temple, un terrain s'avère disponible. Sur les traces de la prison du Temple, qui accueillit Louis XVI et sa famille en août 1792 et après sa démolition sur ordre de Napoléon Ier, Napoléon III y fait ériger en 1855 le premier lavoir public parisien, le seul exécuté sur les 12 prévus initialement.

Ouvert le 15 mai 1855, le lavoir ultra moderne rencontre un vif succès : lessivage à la vapeur, séchage à air chaud, eau chaude au robinet, salle de repassage sont disponibles. Cependant, par manque d'entretien, l'établissement se dégrade très vite et ferme ses portes en 1861.

C'est l'emplacement tout désigné pour y construire une prestigieuse mairie d'arrondissement.

Une illustration XIXe de l'architecture officielle : le bâtiment vu de l'extérieur

Le chantier de construction du nouvel édifice municipal débute en 1864. Victor Calliat, inspecteur de l'Hôtel de Ville, et à qui l'on doit le bâtiment de la Préfecture de Police de Paris, est désigné comme architecte. Eugène-Alexandre Chat, concepteur du Lycée Turgot, en assurera l'achèvement de 1865 à 1867. Le bâtiment constitue une illustration parfaite de l'architecture officielle du XIXe siècle.
En forme de H, la mairie s'ouvre devant un square, comme celles des 11e et 12e arrondissements.
De style néo-Rennaissance, la façade s'inspire des châteaux des XVIe et XVIIe siècles français et italiens : un corps central en saillie surélevé, encadré d'ailes en retour. Elle est percée au rez-de-chaussée de baies cintrées ornées d'agrafes. Le premier étage et les mansardes sont éclairés par des fenêtres couronnées de fronton triangulaires

Une dimension institutionnelle et architecturale inséparables l'une de l'autre.
L'avant-corps central aligne les trois ordres : dorique, ionique et corinthien. Il est pourvu d'un portique sous lequel passaient les voitures et qui donnait un accès direct au vestibule. L'attique s'agrémente d'une horloge couronnée d'un fronton orné d'un blason et dont les rampants sont surmontés de deux figures allégoriques, Le Commerce et L'Industrie, réalisées en 1866 par Ernest Pascal.

Solennité et symbolique républicaine : l'escalier d'honneur et le péristyle

Lieux incontournables de tout passage à la mairie du 3e, le salon d'a ccueil du 1er étage aussi appelé « péristyle » et l'escalier d'h onneur qui y mène, revêtent à eux seuls les symboliques de la vie civique et le prestige conféré à ce lieu de pouvoir. Véritable morceau de bravoure du bâtiment, l'escalier est flanqué d'une rampe droite dont l'axe d'entrée conduit à un palier intermédiaire à partir duquel l'escalier se divise en deux volées symétriques.

Les deux statues en bronze représentent des allégories féminines drapées à l'antique portant des flambeaux. L'escalier est naturellement éclairé par des vitraux en grisaille représentant les armes de la Ville.

Ayant accédé au péristyle, le visiteur découvre un plafond concave décoré de bas-reliefs de Jean Lagrange. Dans les angles, les symboles des arts et des métiers, dans les caissons octogonaux, les différentes étapes de la vie du citoyen : La Naissance, Le Mariage, Le Vote, La Mort. Ils furent finis en 1866. Au centre du plafond se trouve un beau vitrail à dessins géométriques entouré de motifs végétaux.

On doit les fresques peintes à Diogène-Ulysse-Napoléon Maillard (1940- 1926), choisi par le Conseil municipal en 1883, soit 16 ans après l'inauguration de l'é difice : La Parure de la Femme pour le plafond du salon d'attente et La Ville instruisant ses enfants pour le plafond de l'escalier d'honneur.

Dans les années 1930, les élèves du Conservatoire National ont réalisé le mobilier, ainsi que les panneaux en fonte d'aluminium moulée évoquant les activités de l'a rrondissement.

Le bureau du Maire

Dans cette pièce totalement rénovée subsiste la cheminée en marbre ; sur son manteau, repose une belle pendule et deux flambeaux de bronze. Il y a également un grand tableau de Henri Gaston Darrien représentant les Halles centrales en 1898.

Les Ors de la Fête : les salons d'honneur

Chaque année, près de 500 administrés du 3e se marient sous ses dorures. Ouvragés à la mode du Second Empire, la Salle des mariages de la mairie recèle toutes les symboliques traditionnelles qui conviennent à son office et s'agrémentent des armes de la Ville de Paris.

Située dans l'aile droite de la Mairie, la salle des mariages est composée de quatre baies rectangulaires. Face à ces baies, les trois portes donnant sur le couloir sont surmontées de frontons. Sur celui de la porte centrale sont représentées les armes de la Ville ; les deux autres, de part et d'autre, comportent des profils masculin et féminin en forme de camées. Le plafond est décoré de motifs floraux, de corniches et de moulures aux couleurs vert et or. Une haute cheminée de pierre blanche pare le fond de salle ; celle-ci supporte une horloge et une Marianne.

En 1893, le Préfet de la Seine commande au peintre Achille Sirouy (1939-1904), une allégorie du mariage : La Loi, pour remplacer le portrait de Napoléon III, enlevé à la chute de l'Empire. Matérialisée sous la forme de la figure à l'Antique, elle tient dans sa main droite la Justice et dans sa main gauche le Code civil. Ce type de représentation étant très codifié, seuls quelques détails peuvent varier telle la posture du personnage qui, ici, donne une impression d'autorité.

Le pendant de la Salle des Mariages, dans l'autre aile de la mairie est moins spectaculaire. C'est le lieu de réceptions et de la danse. Cette salle des Fêtes, a été baptisée en mars dernier, Salle Odette Pilpoul, en hommage à cette ancienne secrétaire générale adjointe de la mairie, résistante et Juste parmi les Nations. Il faut imaginer les musiciens sur la scène… et l'élégant Tout-Paris, à la mode du Second Empire, valsant...sous les peintures allégoriques de La Musique et de La Danse.

Dernière mise à jour le mercredi 22 février 2017

Restez connecté

Lettre d'information

Pour suivre l’actualité de votre arrondissement, inscrivez-vous à la newsletter !

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris